JE Théâtre et photographie

Université Paul Valéry-Montpellier 3

jeudi 8 décembre 2016

 

Marianne Drugeon, Université Paul Valéry-Montpellier 3

Christine Kiehl, Université Lumière-Lyon 2

Jean-Pierre Montier, Université Bretagne-Rennes 2

Laurence Petit, Université Paul Valéry-Montpellier 3

 

Appel à communications

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une coopération entre EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone), le CELLAM (Centre d’Etudes des Littératures et Langues Anciennes et Modernes de Rennes 2), et le programme de recherche en photolittérature phlit.org, dirigé par Jean-Pierre Montier, professeur de Lettres Modernes à l’Université européenne de Bretagne-Rennes 2. Sont également associés à ce projet Christine Kiehl, Maître de Conférences en théâtre britannique contemporain au département d’anglais de l’Université Lumière-Lyon 2, et son centre de recherche PASSAGES XX-XXI.

Ce projet explorera les liens intermédiaux entre théâtre et photographie (et fera ainsi suite à d’autres projets qui ont eu lieu ou sont en cours sur théâtre et danse et théâtre et cinéma). Nous nous intéresserons à des pièces dans lesquelles la photographie en tant qu’acte ou geste esthétique, politique et social, ou encore les photographies en tant que produits de cet acte ou de ce geste –qu’elles existent réellement ou soient purement imaginaires, qu’elles soient montrées visuellement dans la pièce ou sur scène, ou seulement évoquées de façon virtuelle – sont utilisées par les dramaturges et les metteurs en scène dans leurs pièces ou leurs mises en scène. Il s’agira d’étudier les liens que peuvent tisser ces deux arts visuels et la richesse et la spécificité du dialogue entre visible et lisible qu’ils sont ainsi amenés à produire.

L’on pourra envisager l’usage de la photographie comme archive, c’est-à-dire trace ou document, et, dans cette perspective, voir d’une part comment tel ou tel photographe de théâtre interprète au second degré cette interprétation qu’est toute mise en scène, et d’autre part comment des photographies – par-delà leur fonction ou leur usage archivistique – peuvent dans un second temps être le support ou le moyen de recréation ou transposition plastique ou narrative. Dans tous ces cas, la dimension vivante du spectacle est-elle altérée ou au contraire dramatisée une nouvelle fois par la captation photographique et de quelle sorte ? L’on pourra également envisager comment la photographie participe à la construction de la figure de l’acteur ou l’actrice de théâtre (quelle différence avec l’acteur de cinéma ou bien la figure de l’écrivain, de l’homme ou la femme « célèbre »), voire à leur « formation » (au sens de Stanislavski). L’on pourra aussi mettre ou remettre au jour des travaux ou des œuvres proprement photographiques élaborées par des metteurs en scène en marge de leur « métier », ou bien interroger la spécificité de la part consacrée au théâtre dans des œuvres de photographes reconnus comme tels bien qu’ils ne soient pas spécialisés dans la photographie de théâtre. Existe-t-il un corpus de photographies liées à l’acte théâtral qui ne relève ni de la communication, ni de la promotion, mais d’une poétique singulière ? Si oui, est-ce que cette poétique oscille entre les arts du spectacle et la littérature, et comment ?

Merci d’envoyer votre proposition de communication (250 mots) ainsi qu’une courte notice biographique (100 mots) à Marianne Drugeon (marianne.drugeon@univ-montp3.fr), Christine Kiehl (christine.kiehl@univ-lyon2.fr), Jean-Pierre Montier (jean-pierre.montier@uhb.fr) et Laurence Petit (laurence.petit@univ-montp3.fr) avant le 15 octobre 2016.

 

 

ONE-DAY CONFERENCE ON THEATRE AND PHOTOGRAPHY

Université Paul Valéry-Montpellier 3, France

December 8th, 2016

 

Marianne Drugeon, Université Paul Valéry-Montpellier 3

Christine Kiehl, Université Lumière-Lyon 2

Jean-Pierre Montier, Université Bretagne-Rennes 2

Laurence Petit, Université Paul Valéry-Montpellier 3

 

Call for papers

This project is part of a collaboration between the research center EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone) at Université Paul Valéry-Montpellier 3, the research center CELLAM (Centre d’Etudes des Littératures et Langues Anciennes et Modernes) at Université Bretagne-Rennes 2, and the research programme in photoliterature phlit.org, directed by Jean-Pierre Montier, Professor of French Literature at Université européenne de Bretagne-Rennes 2. Also associated to this project are Christine Kiehl, Associate Professor in Contemporary British Drama in the English Department of Université Lumière-Lyon 2 and her research center PASSAGES XX-XXI.

This project examines the intermedial relations between theatre and photography (in the continuation of other past or current projects on theatre and dance, as well as theatre and cinema). We will focus on plays in which photography as a social, political, and aesthetic act or gesture, or the photographs which are the result of this act or gesture – be they actually displayed on the stage or merely evoked as part of the play – are used by playwrights and stage directors in their plays and stage settings or stagings. The emphasis will be on the connections between these two visual art forms, as well as on the rich and specific dialogue between the visible and the legible that they create.

One possible direction for research will be the use of photography as archive, that is to say trace or document. In this perspective, contributors may explore how theatre photographers metaphorically interpret again a staging and a setting which are, in themselves, an interpretation. Alternately, contributors may explore how photographs – beyond their archival function or usage – are also the means of, or the foundation for, visual or narrative recreation or transposition. In all cases, is the living dimension of the perfomance altered or dramatized anew by the photographic capture, and in what way? Another possible direction for research will be to examine how photography participates in the construction of the figure of the theatrical actor (and in this case, how different is this from a film actor, the figure of the writer, or that of “famous” people?), or to envisage how photography participates in their “training” (Stanislavski). Yet another possible direction will be to bring, or bring back, to light works or œuvres which are photographic in the literal sense of the term and which were created by stage-directors as a fringe “activity”. An alternative will be to interrogate the specificities of what is theatrical in the work of photographers recognized as such even though they may not necessarily specialize in theatre photography. Is there such a thing as a corpus of photographs linked to the theatrical act which has nothing to do with communication or promotion, but corresponds to a specific poetics? If so, does such a poetics oscillate between the performing arts and literature, and in what way ?

Please send a 250-word proposal, as well as a 100-word bio, to Marianne Drugeon (marianne.drugeon@univ-montp3.fr), Christine Kiehl (christine.kiehl@univ-lyon2.fr), Jean-Pierre Montier (jean-pierre.montier@uhb.fr), and Laurence Petit (laurence.petit@univ-montp3.fr) by October 15th, 2016.